Théâtre – Musique – Danse – Rencontres d’auteurs

L’IMPARFAIT DU PRÉSENT


©

Guillaume Lagarde, Driss Ksikès, Hakim Bah, Matéi Visniec

..
lectures

Chaque année, le Comité de lecture de la Maison des auteurs reçoit et analyse une centaine de textes envoyés par des auteurs de langue française, du monde entier. Au cœur du Festival, pendant un week-end, nous présentons quatre de ces textes : ils constituent un « baromètre » de l’écriture théâtrale de langue française, dans sa diversité linguistique et dans la multiplicité de ses formes.
Cette année, « L’Imparfait du Présent » invite les étudiants de l’Ecole du Théâtre National de Bretagne, dirigée par Eric Lacascade. La direction des lectures a été confiée à Marcel Bozonnet.

Les Champs pétrolifères de Guillaume Lagarde (Canada-Québec)
Samedi 28/09 à 10h
Une grande maison de banlieue. Composée d’une mère, d’un père et d’un fils, une cellule familiale au bord de la désintégration. Un jour, le fils ramène une punkette de la capitale. Métamorphosée de toutes les manières, chosifiée jusqu’à la moelle, celle-ci deviendra tout à la fois fille, soeur, double de la mère, esclave sexuelle du père et du fils, etc. La cellule se trouvera ainsi profondément raffermie, en un système hallucinant d’aliénation.
Guillaume Lagarde a notamment été influencé par Michel Tremblay, Samuel Beckett, Alain Robbe-Grillet, Bernard-Marie Koltès, Harold Pinter et Lars Noren, chacun à leur manière. Sa toute première pièce, Les Champs pétrolifères, a fait l’objet d’une lecture remarquée lors de l’édition 2012 des Dramaturgies en dialogue du CEAD de Montréal. Elle sera créée à Montréal dans une mise en scène de Patrice Dubois et paraîtra aux Editions l’Instant scène à l’automne 2013. Guillaume Lagarde termine une seconde pièce intitulée Propolis.

180°, de Driss Ksikès (Maroc)
Samedi 28/09 à 11h30
A, photographe professionnel, reçoit la commande d’un reportage photographique sur Z, jeune femme portant la burqa. Leur relation faite d’attirance et de retrait, d’approches et de reculs, se transforme en une chorégraphie subtile du désir, autour de la visibilité du corps et de l’invisibilité des identités. D’autres personnages (un frère chômeur et dealer et sa sœur cadre active et moderne, un couple fatigué, deux ouvrières l’une femme d’imam et l’autre ex-prostituée) commentent le chassé-croisé entre A et Z, prennent des paris, faisant apparaître des pans de leur propre vie intime.

Né à Casablanca en 1968, Driss Ksikes est écrivain, essayiste et dramaturge. Il est directeur du CESEM, centre de recherches HEM, et professeur en media et culture. Il également est animateur d’ateliers d’écriture, littéraire et dramaturgique, et collaborateur à plusieurs revues et publications culturelles internationales. Il est dramaturge associé à DABATEATR. Ses principales publications théâtrales sont : Pas de mémoire, mémoire de pas (La croisée des chemins, Casablanca, 1998), Le saint des incertains (Marsam, 2000), IL (Marsam, 2011), 180 degrès (écrit en 2010), Le match (écrit en 2011) et N’enterrez pas trop vite Big Brother (Riveneuve, Paris, 2013). Cette dernière pièce a été écrite dans le cadre du projet « Dramaturgie arabe contemporaine », initié par la Friche de la Belle de mai, et pour laquelle il a bénéficié d’une bourse et résidence à La Chartreuse de Villeneuve-Lez-Avignon. Il a été sélectionné en 2012 parmi les 6 meilleurs dramaturges africains par Le National Studio Theatre de Londres.

Le Cadavre dans l’oeil d’Hakim Bah (Guinée)
Dimanche 29/09 à 10h
Un jeune homme, né dans le camp de Boiro à Conakry, sous la dictature de Sékou Touré a été témoin de la mort publique de son père, exécuté par pendaison le 25 janvier 1971. Le personnage nous fait revivre son regard d’enfant de ce jour-là, sous l’emprise du cadavre de son père, gravé depuis au fond de son œil. Le pont du 8 novembre, pont des exécutions collectives, a été démoli le 10 mars 2012 pour construire un échangeur routier. Dans un geste qui semble vouloir évacuer ce sinistre épisode, c’est une partie de l’histoire guinéenne que l’on a dérobée au visible.
Hakim Bah est poète et dramaturge. Directeur de la compagnie Zone de Turbulence, il a suivi des formations en écriture dramatique avec Roland Fichet, en mise en scène avec François Rancillac et Kouam Tawa. Son texte Sur la pelouse a été créé à la 7e édition des Récréatrales au Burkina Faso. Il a été accueilli en résidence par le théâtre de l’Aquarium à Paris en 2013.
Ses trois pièces Sur la pelouse, Le Cadavre dans l’œil et Ticha-Ticha paraîtront aux Editions Lansman-Collection Le Tarmac à l’automne 2013.

Occident express de Matéi Visniec (Roumanie-France)
Dimanche 29/09 à 11h30
Un vieillard aveugle ayant connu tous les camps d’internement à l’Est nous entraîne dans un inventaire post-communiste où se mêlent la nostalgie de l’Orient Express, l’affairisme et le proxénétisme d’une base militaire américaine, l’envie de pisser sur toutes les frontières qui l’ont empêché de vivre, l’importance idéologique des emballages occidentaux dans la chute du Mur et la notion révolutionnaire de « peuple fluide » imaginée par un doctorant chaque fois recalé…
Matéï Visniec est né à Bucarest. Il étudie la philosophie, devient très actif au sein de la scène poétique et littéraire, et en 1977 commence à écrire des pièces de théâtre, interdites de création. En 1987, il quitte la Roumanie pour la France, où il obtient l’asile politique, puis la nationalité française. Journaliste pour RFI, il commence à écrire en français : le journaliste est au service du dramaturge, et donne pour point d’ancrage à son écriture des phénomènes d’actualité. Matéi Visniec compte de nombreuses créations en France ; une vingtaine de ses pièces écrites en français sont éditées (Actes Sud-Papiers, L’Harmattan, Lansman, Crater, l’Espace d’un instant).

DATES

Informations complémentaires

Chaque lecture sera suivie d'une rencontre en présence de l'auteur, animée par Michel Beretti.

Vidéos

Entretien avec Mattei Visniec

Entretien avec Driss Ksikès

Direction des lectures Marcel Bozonnet

Commentaires dramaturgiques Michel Beretti

Avec les élèves de l’Ecole du Théâtre national de Bretagne/ 8e promotion- 2ème année :
Pénélope Avril, Leslie Bernard, Laure Catherin, Julien Derivaz, Matthias Jacquin, Chloé Lavaud, Chloé Maniscalco, Hector Manuel, Joaquim Pavy, Lou Rousselet, Georges Slowick, Ophélie Trichard, Gaëtan Vettier, Alexandre Virapin-Apou, Adèle Zouane


Accueil en partenariat avec Expression 7

Galerie Photos