Théâtre – Musique – Danse – Rencontres d’auteurs

LE BAR DES AUTEURS : Haine des Femmes


©

D’après le témoignage de R. Salah et F. Maamoura recueilli par Nadia Kaci

Algérie
lectures

Trois rencontres autour des écritures contemporaines et des grands débats du monde contemporain.

Haine des femmes
La nuit du 13 juillet 2001 à Hassi Messaoud (Algérie), des dizaines d’hommes enflammés par le prêche virulent de l’imam de la mosquée locale vont violer, mutiler, torturer une centaine de femmes. Rahmouna Salah et Fatiha Maamoura sont parmi les victimes. Le premier procès sera une mascarade de justice, et les femmes de Hassi Messaoud abandonneront les unes après les autres ces poursuites épuisantes et coûteuses. Certaines iront se cacher dans d’autres régions, d’autres tomberont dans la drogue ou la prostitution dont justement on les avait accusées. Suicide, errance, folie.
Rahmouna Salah et Fatiha Maamoura, elles, refusent de se soumettre et témoignent de la difficulté de vivre hors du joug des hommes dans les bouleversements de l’Algérie d’aujourd’hui.
C’est cette parole que la compagnie Anima Motrix souhaite saisir dans toute sa brutalité, toute son actualité, dans une théâtralité bousculée par l’enchevêtrement des deux écritures.

Nadia Kaci Née à Alger où elle vit jusqu’à son départ pour Paris en 1993, Nadia Kaci est d’abord comédienne, au cinéma et au théâtre. En 2003, dans le cadre d’une résidence de création à Ajaccio, elle écrit Femmes en quête de Terres, une pièce à plusieurs voix dont elle est l’unique interprète sur scène.

Laurent Hatat crée la compagnie Anima Motrix en 1997. Le premier spectacle de la compagnie, Le Grand Cahier d’après Agota Kristof, est monté en 1999 à la Comédie de Béthune, et tournera pendant quatre saisons. Dès lors, il est régulièrement artiste associé à des théâtres, des scènes nationales ou centres dramatiques. En 2001 il a été Lauréat de l’Unité Nomade de formation à la mise en scène du CNSAD de Paris. En 2012 il adapte HHhH, roman de Laurent Binet paru en 2010, et crée en parallèle Nanine, de Voltaire. Il poursuit ainsi l’aller-retour entre textes contemporains et classiques qui caractérise son parcours.

Mounya Boudiaf Après une première formation au Théâtre-école du Phénix à Valenciennes, elle intègre en 2003 la première promotion de l’EPSAD (Lille). Elle travaille notamment aux côtés de Stuart Seide, David Géry et Laurent Hatat. Chanteuse et attirée par la mise en scène depuis longtemps, elle a monté des formes cabarets ainsi que des lectures-spectacles, notamment pour le festival Les nuits de Mézos qu’elle a créé en 2007.

DATES

Informations complémentaires

Vidéos

D’après Laissées pour mortes [Editions Max Milo]
Un témoignage de Rahmouna Salah et Fatiha Maamoura (Algérie) recueilli par Nadia Kaci

Conception et adaptation Laurent Hatat et Mounya Boudiaf
Lecture dirigée par Laurent Hatat, compagnie Anima Motrix
Avec Mounya Boudiaf et Christophe Carassou


Accueil en partenariat avec le Théâtre de l’Union-CDN du Limousin