Théâtre – Musique – Danse – Rencontres d’auteurs


© photo Patrick Fabre
Comores

Résidence en juillet/août 2013


Mohamed Anssoufouddine est né sur l’île d’Anjouan, aux Comores, à la fin des années 60. Cardiologue de profession (il exerce à l’hôpital de Hombo - Anjouan), il est aussi poète et écrivain.

Mohamed Anssoufouddine, est membre du collectif d’auteurs "Dynamique Nouvelle", avec Saindoune Ben Ali et Soeuf Elbadawi. Ensemble ils fomentent des rêves « d’archipel en écriture » au sein de Djando La Maandzishi, collectif fondé au Muzdalifa House à Moroni, rassemblant auteurs et critiques autour d’une littérature encore en pleine émergence. Le collectif associe également amis et proches du livre pour susciter une dynamique d’intérêts autour des écritures de l’archipel des Comores.
Il anime également un club de lecture : Club Soirhane à Mirontsy.

Lambeaux d’anarchipel, nouvelle parue dans Petites fictions comoriennes, recueil de dix nouvelles d’auteurs différents, a été mise en lecture par Thierry Bédard à l’occasion des 29es Francophonies en Limousin en septembre 2012. Ces nouvelles sont la preuve vivante d’une jeune littérature comorienne (elle est née il y a à peine trente ans). Nous avions choisi de présenter Lambeaux d’anarchipel d’Anssoufouddine Mohamed, pour sa langue haletante, hantée par l’urgence, habitée du malheur de ceux qui scient la branche sur laquelle ils sont assis. Le regard d’une incroyable lucidité de l’auteur, ouvre nos yeux d’occidentaux aux effets terribles provoqués par l’autodestruction, la négation de soi, dans ces « îles de la Lune ».

« Ses écrits affluent au rythme d’un malaise cardiaque, diagnostiqué à l’échelle d’un petit archipel défragmenté. Sa plume agit sur les siens tel le constat d’un légiste submergé par un monceau de cadavres exigeant le retour à la vie, dans une morgue pleine de rats ». (Soeuf Elbadawi)

La poésie d’Anssoufouddine n’est pas à présenter - c’est la parole de la nuit qui, par les couloirs obscurs, cherche la lumière du jour. (Saindoune Ben Ali)

Créations de l'auteur

œuvres publiées
Paille-en-queue et vol (poésie) chez Komedit, 2005
En jouant au concert des apocryphes, Cœlacanthe, 2012.
Lambeaux d’anarchipel (nouvelle) dans le recueil Petites fictions comoriennes chez Komedit
et aussi
Adieu bédé, adieu yéyé, poésie (premier prix des 10 ans de la bouquinerie d’Anjouan 2004)
Cette fois-ci la démon-cratie (prix de l’Alliance Française de Majunga en 1997)

Contributions à revues
L’écrevisse vengeresse, nouvelle in Interculturel francophonie N°19
Rebelle, nouvelle in Project’île N°1
A fleur de ruse, poésie in Point Barre N°13

Analyse et critique littéraire :
Le romancier et nouvelliste comorien Aboubacar Said Salim, témoin d’une génération , Africultures du 17/04/2013
Dire l’Autre, regards malgaches sur le Comorien, Africultures du 9/7/2013

Entretiens
Paille-en-queue et vol : un pont entre les îles de l’océan indien, par Anne Bocandé, Africultures
Le poète remue les amas amorphes de la vie, par Soeuf Elbadawi sur Africultures>http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=11398]

Projet de résidence à la Maison des Auteurs :
Nouvelles d’anarchipel

Vidéos

Mohamed Anssoufouddine et les Francophonies en Limousin

En 2012, 27es Francophonies en Limousin (Bar des auteurs) : lecture de Lambeaux d’archipel, dirigée par Thierry Bédard.

En juillet/août 2013, résidence à la Maison des auteurs.

En 2012

Lien

Dire l’autre, regards malgaches sur le comorien Mohamed Anssoufouddine / Djando la Waandzishi - Africultures juillet 2013